AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 to see you again tears my heart ; lullaby.

Aller en bas 
AuteurMessage
Maria A. Gradchen

avatar

Nombre de messages : 14
Age : 25
▬ Avatar : Clemence Poesy.
▬ Crédit : Lunee.
▬ identity Pix` :
Date d'inscription : 04/04/2009

Moi, toujours Moi
Relations:
Jukebox: Les Rolling Stones vaincront
Tout le reste:

MessageSujet: to see you again tears my heart ; lullaby.   Dim 12 Avr - 17:42





« Qui n'a pas connu l'absence ne sait rien de l'amour. »


    Il y avait dans le cœur de la jolie blonde au pas de danseuse une peine qui ne la quittait jamais mais dont peu de personne conaissait l'existence. Vous connaissez sans doute le terme « chagrin d'amour ». Savez-vous seulement à quel point il peut faire mal à quelqu'un ? C'est une douleur que l'on ne peut même pas imaginer, et Maria elle-même avait été surprise d'avoir eut autant mal lorsqu'elle avait été forcée de quitter Lullaby, Maria qui pourtant conaissait déjà la douleur. Elle l'avait porté en elle longtemps, cette douleur qui lui avait pourrit la vie. Et puis, avec le temps... On n'oublie pas, mais on prend garde à ne plus y penser constamment, à ne pas tout centrer sur ça. Mais non, on n'oublie jamais. Pour Maria, il n'y avait que deux moyens, pousser à l'extrême, de ne plus trop y penser. D'un côté, faire la fête à n'en plus finir, de l'autre, rester calme et immobile comme une statue. Danser ? Ah, non, ne confondons pas tout. Le hobby de Maria ne lui sert au contraire qu'à ressasser ses peines, regrets et remords et à les transformer en quelque chose de beau. Pas à faire comme s'ils n'existaient pas. Heureusement pour Maria, donc, sa vie était bercée entre ses soirées poussées jusqu'à la nuit bien agitées, et ses journées d'un calme presque morbide. Dans ce train de vie-là, elle n'avait jamais à calmer son cœur pour qu'il ne fasse pas à nouveau une crise. Les crises, comme Maria les appelait, étaient ces moments où son cœur se serrait si fort, qu'elle avait l'impression qu'il allait, petit à petit, se rétracter sur lui-même et finir par disparaître.

    Maria réussissait néanmoins encore à se plaindre ; comment voulait-on qu'elle soit bien au calme si on lui imposait en même temps des cours pendant la journée ? C'était insensé. Bien qu'elle ait choisit elle-même ses études selon ce qu'elle aimait le plus au monde - la danse -, Maria trouvait encore moyen d'y redire, et passait son temps à sécher les cours. C'était tout simplement qu'elle n'aimait pas du tout cet apprentissage. Pour elle, la danse, était un moyen comme un autre de respirer. Ce n'était pas quelque chose dont il fallait apprendre les noms scientifiques et les gestes justes. On dansait et puis c'est tout, on bougeait son propre corps comme on en avait envie, suivant la musique, nos propres envies ou le battement de notre cœur, au choix. Personne ne pouvait apprendre à personne à danser, tout simplement parce qu'il s'agissait de quelque chose de personnel. Vous apprend-on à penser ? Non ? Alors personne, jamais, ne pourra revendiquer l'honneur d'avoir apprit quoi que ce soit à Maria en ce qui concernait la danse. Pourquoi suivait-elle ces études, alors ? Pour faire plaisir à ses parents, pour se faire plaisir, pour rencontrer des gens, pour passer le temps. Mais pas une seule seconde elle n'avait pensait que cela la perfectionnerait.

    Pour l'heure, donc, Maria séchait les cours. Et comme chaque fois que celui lui arrivait, soit tous les jours sauf en Hiver où les salles de classes étaient un agréable refuge, elle cherchait un nouvel endroit où s'installer. La curiosité la poussait à ne jamais se reposer au même endroit deux fois de suite. En ce jour ensoleillé, rien ne lui paressait plus indiqué qu'un de ces grands espaces verts dont la région semblait en posséder beaucoup. Le Farmoor Reservoir, avec son grand lac, ferait l'affaire. Elle alla s'asseoir tout juste au bord du lac, prenant garde à ne pas froisser la robe fleurie qu'elle portait, puis s'allongea complétement. Sa main droite ainsi que son poignet barbotait dans l'eau, faisant naître de reposants clapotis qui la bercèrent. Au bout d'un moment, elle reprit son chapeau qu'elle avait posé juste à côté d'elle et le posa sur son front, de manière à protéger ses yeux fatigués des rayons agressifs du soleil.


hj ; pas terrible, je suis désolée, mais moi et les premiers posts... u___u
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
to see you again tears my heart ; lullaby.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» raketa open heart (avec deux photos odieusement pillées à Alexandr2 du forum watch.ru)
» [ANIME] - True Tears -
» Rainbow Lullaby : la custo
» Angel Heart
» jose gonzalez-heart beats

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ▬ CITY; :: ▬ Green Spaces :: ▬ Farmoor Reservoir-
Sauter vers: