AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 great, i lost. 'Got anything else to tell me ? • pv. sean <3

Aller en bas 
AuteurMessage
Delsey H. Julliards
    DELSEY • you don't know what it's like to be me.

avatar

Nombre de messages : 42
Age : 23
▬ Avatar : Demi Lovato <333
▬ Crédit : lex <3
▬ Humeur : confused but happy .
▬ identity Pix` :
Date d'inscription : 29/03/2009

Moi, toujours Moi
Relations:
Jukebox: angels on тhe moon by тhriving ivory.
Tout le reste:

MessageSujet: great, i lost. 'Got anything else to tell me ? • pv. sean <3   Ven 3 Avr - 2:13



« Great, I lost. Got anything
else to tell me ? »

pv• sean c. carlson



    On dit de la vie que c'est un jeu sans fin, une partie qui débute lors de notre naissance et qui se termine à notre mort. Un parcours rempli d'embûches. Pour Delsey, la vie est une manière d'apporter son courage à d'autres, d'aider en quelque sorte quelqu'un. La brunette est de celle qui croit en une raison pour laquelle nous sommes sur terre. Elle est certaine qu'elle, elle y est aussi pour une belle grande raison... Par contre, elle ne blâme personne de ne pas penser les mêmes trucs qu'elle parce qu'elle sait parfaitement que nous sommes tous différents. Enfin bref, Delsey Haravon Julliards est une personne unique.

    Aujourd'hui était une journée splendide, enfin, le début de la journée annonçait une journée magnifique. Le soleil se levait tranquillement et débutait à illuminer la ville de ses magnifiques rayons de soleil, il devait être aux alentours de sept heures et quart du matin, l'heure des fous. Celle ou très peu de personnes se lèvent, surtout un samedi matin. Une journée exemptée de cours, les adultes en devenir sont, pour la plupart, toujours en train de dormir. Tous, sauf Delsey. La jeune femme se levait souvent aux lueurs des premiers rayons de soleil pour aller se promener un peu, prendre l'air avant que le Magdalen College se réveille, penser à sa vie et tout ce qui l'entoure... Ce matin n'échappait pas à la règle. La brunette enfila en vitesse un pantalon jogging, des souliers de sports et un chandail blanc avec des écritures roses. Elle prit ses clées et quitta rapidement sa chambre. Ne voulant pas réveiller sa colocataire. Direction la forêt, la brunette avançait à pas de course, la douce brise fraîche matinale lui fouettant le visage. Un matin parfait. Une fois arrivée à l'entrée de la forêt, Delsey ralentit le pas, question de prendre de bonnes bouffées d'air frais de la forêt. Les arbres, les oiseaux qui gazouillaient déjà, le soleil filtré par les arbres. C'était splendide, c'était l'endroit fétiche de la brunette, tout simplement. Ça la faisait aussi réfléchir, se rappeler de mauvais souvenirs, surtout un en particulier... Sean. Elle l'aimait tellement, elle lui avait brisé le coeur, et par la même occasion, s'était brisé le coeur aussi. Une peine d'amour immense, une erreur incorrigible, Delsey en était malheureuse tellement ça lui faisait mal. Dire que toute cette semaine, la première où Sean était au Magdalen College, elle l'avait ignorée alors qu'elle voulait quasiment lui sauter dessus et l'embrasser. Lui dire qu'elle regrettait tout, mais elle ne l'a pas fait. Elle ne le fera pas non plus, elle l'a assez fait souffrir, alors elle préfère souffrir en silence, se disant que c'est franchement tout ce qu'elle mérite... Le temps des regrets est là depuis longtemps pour Delsey, elle regrette de ne jamais avoir dit à Sean qu'elle avait perdue sa mère, elle regrette aussi de l'avoir laissé. Elle regrette de s'être seulement confiée à lui sur l'anorexie qu'elle avait avant, parce que désormais, plus personne ne peut la comprendre, parce que Sean est le seul au courant, et elle ne compte pas le dire à personne d'autre.

    C'est une Delsey triste, au lieu d'être naturellement rayonnante de bonheur, et qui regrette qui est désormais assise par terre, accotée sur un tronc d'arbre. La peine l'envahie, des larmes commencent à couler le long de ses joues lorsqu'elle entend des bruits de pas. Tout à coup, une silhouette familière apparaît. Non, non impossible. Ça ne peut pas être lui, non. Delsey essuya rapidement ses larmes, tentant de dissimuler sa peine, et se leva pour partir dans la direction contraire à celle de Sean. Mais il l'a rattrape et lui tient le bras. Elle se tourne donc face à lui, tente de sourire malgré elle.

    « Tu devrais pas être là, pas à cette heure. Et encore moins me voir dans cet état médiocre.

    Non pas qu'elle ne voulait pas le voir, mais seulement que ça lui faisait mal de le voir face à elle, et qu'elle détestait qu'on la voit en position de difficulté comme là. Elle déteste tout simplement qu'on la voit pleurer. Et qu'il soit là n'arrange pas les choses, loin de là...

    HS ; désolé si quelques parties de mon texte te semblent incohérentes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://KIIIIMM.skyrock.com
Sean C. Carlson
    Sean » Who's afraid pf the big bad Wolf?

avatar

Nombre de messages : 121
Age : 25
▬ Avatar : Taylor Lautner
▬ Humeur : Envie de pisser alors bon...
Date d'inscription : 29/03/2009

Moi, toujours Moi
Relations:
Jukebox: I'm Yours -Jason Mraz
Tout le reste:

MessageSujet: Re: great, i lost. 'Got anything else to tell me ? • pv. sean <3   Mar 7 Avr - 14:57

&

" Love sees with the heart and not with mind "
– William Shaskespear.


    Sean détester Migdale Collège. Non pire, il le haïssait se fichu bahut. Pour de multiples raisons, toutes aussi bonnes les unes que les autres. Il n’aimait pas être cent pour cent de son temps avec tous ses gosses de riches, même si il fallait lui admettre que certains étaient sympathiques. Il trouvait les cours de Philosophie pathétiquement ennuyant ici, ce qui était assez gênant pour un étudiant en Littérature. Il détester essayer en vain de s’endormir le soir alors que son cher et tendre colocataire ronfler comme un train à vapeur. Il détester les musiques qu’ils passaient en tant que sonneries. Il détester ne pas être dans la même classe que Stella, il détester identiquement de la voir deux fois moins qu’à River Side School.
    Et par-dessus tout, il détester savoir Delsey si proche et ne pas pouvoir la voir, lui parler, la prendre dans ses bras... Il détester tout ici. Sauf...
    Sauf la proximité de la forêt. C’était la seule et unique chose de positif à ce changement radicale d’établissement. Il était tôt ce matin là. D’habitude, il profitait de ses « wake-up » matinal pour se rendre discrètement dans la chambre de Stella mais ce matin là... non. Il avait décidé de faire autrement. Il avait ouvert légèrement les volets –ce qui n’avait pas plus à son imbécile de coloc’- pour voir le temps qu’il faisait dehors. Brouillard. En même temps, il était tôt et il n’y avait jamais de soleil à cette heure. Mais le ciel était plutôt encourageant malgré tout. Sean passa sa main sous le volet et attendit quelques secondes. L’air était frais, pas froid. Finalement décidé à mettre ses idées en actions, il retira sa main et referma le volet. Il eut droit à quelques injures de Derek quand celle-ci couina fortement & il lui ré attribua en espagnol, pour éviter d’aggraver les choses.
    Il saisit son jogging qui trainer par terre et l’enfila, laissant dépasser quelques centimètres de son boxer bleu foncé par-dessus. Il s’assit sur son lit, qu’il trouvait beaucoup trop dur d’ailleurs, et enfila une paire de chaussettes avant de nouer les lacets de ses chaussures de sport à ses pieds. Il prit une veste bleu sportive sur la chaise près de la porte et la mit sur son dos, ne refermant même pas la fermeture éclair. Et tout ça dans le noir, attention. Arrivait dans le couloir, il sortit son I-POD de sa poche de pantalon & fit passa le cordon blanc à son coup. Il se faufila alors sans bruit dehors et ce n’est qu’une fois sur la pelouse extérieure qu’il se rendit compte que la veste qu’il avait sur le dos n’était pas la sienne. Ils allaient sûrement s’embrouiller le soir même tout les deux. Tant pis, ce n’était pas grave ce qu’il venait de faire, simple inattention ; ça risquer d’être sympathique à voir. Cette perspective lui arracha un petit sourire. Sûrement le dernier de la matinée.
    Il aimait l’endroit où il allait, mais pas forcément parce-que ça lui rappeler de bons souvenirs... Il se mit à courir en direction des bois, la musique raisonné dans ses oreilles, mais Sean avait déjà l’esprit ailleurs.

    -Flash Back-

    Un homme courait dans la forêt, appréciant les chants des oiseaux, le clapotis de l’eau de la rivière coulant à quelques pas de là, la beauté des arbres en fleurs à cette époque. Une matinée ordinaire mais plaisante. Après tout, c’était un samedi matin, il y avait encore deux long jours à profiter avant de revoir ces imbéciles de
    Professeurs. Puis un bruit vient percer le silence régnant dans l’endroit. Un « Aïe » plutôt douloureux. Sur le coup, l’homme s’inquiéta, mais après réflexion, il se dit que ça devait être quelqu’un qui se promenait comme lui & qui avait trébuché ou c’était accrocher dans une branche. Il poursuivit donc sa route avec insouciance jusqu’à ce qu’il perçoive des sanglots étouffés. Commençant un peu à s’inquiéter, l’homme chercha à se rapprocha de la personne qui devait avoir un minimum mal pour en pleurer. Quelques instants plus tard, il aperçut une jeune-fille assise sur un rocher, dans une position qui ne devait pas lui être agréable. Quand elle l’aperçut, elle se dépêcha d’enlever ses larmes d’un revers de manche et l’homme comprit en approchant qu’elle s’était coincé la cheville entre deux grosses pierres & qu’elle était bloquée. Il s’agenouilla devant, avec un regard sérieux sans un mot à la belle jeune-fille qui le regardait avec un regard interrogateur. Il fit glisser la chaussure et les chaussettes de la jeune fille mais rien à faire, le pied était toujours bloqué. Les yeux toujours rivés sur son pied, il lui demanda :


    « Comment tu as fait ça ? »
    « J’ai voulu monter sur les rochers et j’ai dérapé... »
    « Avec les chaussures que tu portes faut dire. »
    « Je m’appelle Desley puisque ça t'intéresse ! »

    Elle avait répondu assez agressivement. Pour commencer, sa cheville la faisait vraiment souffrir, et cet homme qui ne lui adressait pas un mot à part pour lui faire un reproche sur un ton sarcastique. L’homme releva la tête, la regardant quelques secondes et partit. Delsey lui cria de revenir, s’excusant et lui promettant de ne pas recommencer mais il disparu à l’horizon. Elle allait de nouveau céder aux sanglots lorsqu’elle le revit faire surface. Trempé. Elle le regarda encore plus étonnant que la fois d’avant. Vêtements, cheveux, corps (et quel corps)... tout était trempés. De nouveau il s’agenouilla, et cette fois avec les mains mouillées, il massa sa cheville, essayant de nouveau de la faire passer.

    « Et moi c’est Sean, Desley. »

    Avait-il lâché alors qu’il essorait au dessus de son pied son tee-shirt blanc devenu transparent afin que la cheville de Delsey glisse mieux. Elle n’objecta pas. Elle ne dit rien non-plus lorsque Sean réussit a retirait sa cheville, lorsqu’il essaya d’enlever le sans, ni lorsqu’il enroula une de ses chaussettes autour de l’entaille ; intriguée par ce Sean. Il l’aida a se relever et paru inquiet quand elle poussa de nouveau un cri :

    « Aïe !! »
    « Oh, je suis désolé. Ca va aller ? »
    « Oui oui, je vais y survivre. »
    « Evite de t’aventurer seul dans les parages maintenant. »
    « Je t’appellerai la prochaine fois alors, Sean. »
    « Je te ramène chez toi, tu vas m’indiquer le chemin. »

    -Fin du Flash Back-


    C’est en se rendant compte qu’il entendait de vrais sanglots et plus ce de Delsey il y a quelques mois maintenant de cela qu’il sortit de ses rêveries. Il tira ses écouteurs et sa capuche et prêta attention à l’endroit d’où venait le bruit. S’était tout près, et il ne mit pas longtemps à trouvait d’où il provenait. En voyant Delsey assise là, près d’un tronc, il se demanda si il n’halluciner pas, si il ne revivait pas la scène. Mais non, elle pleurait mais sa cheville avait l’air de se porter à merveilles.
    Il se trouva ignoble à penser qu’elle était magnifiquement belle, même lorsqu’elle pleurait. Il s’approcha et cette fois, quand elle le vit, elle eut l’air plus paniquée que surprise. Il s’en voulut, l’avait-il autant fait souffrir que ses yeux lui en donnaient l’impression ? Non sûrement pas, elle l’avait plaqué, elle ne voulait plus de lui, même si il avait sa part de responsabilité la dedans. En la voyant se levait pour partir plus loin de lui, il eut l’impression qu’une épée lui transpercer le ventre, et il eut la confirmation de se qu’il redouter : elle le haïssait.
    Il courut un peu, juste pour arrivé à sa hauteur, et il lui attrapa le poignée, fortement, pour ne pas qu’elle parte. La retenant ici, là où il était.


    « Delsey ! Attends, s’il te plait. »

    « Tu devrais pas être là, pas à cette heure. Et encore moins me voir dans cet état médiocre. »
    « Ne dis pas ça, s’il te plait. J’ai envie de te voir, je veux te voir. Je sais que je suis impardonnable mais... j’aimerais vraiment...»

    Il baissa la tête, lâchant son poignée, honteux. Il était d'un égoïsme pur & simple. Il avait envie de la voir, de passer du temps avec elle, de la prendre dans ses bras... Et comme si il ne l'avait pas déjà assez fait souffrir? Il devait arrêter avant qu'ils n'en souffrent encore tout les deux, une fois de plus.

    « Non rien, laisse tomber Delsey. Je suis désolée.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Delsey H. Julliards
    DELSEY • you don't know what it's like to be me.

avatar

Nombre de messages : 42
Age : 23
▬ Avatar : Demi Lovato <333
▬ Crédit : lex <3
▬ Humeur : confused but happy .
▬ identity Pix` :
Date d'inscription : 29/03/2009

Moi, toujours Moi
Relations:
Jukebox: angels on тhe moon by тhriving ivory.
Tout le reste:

MessageSujet: Re: great, i lost. 'Got anything else to tell me ? • pv. sean <3   Jeu 9 Avr - 20:38

    Elle était là, assise au bas d’un arbre, les larmes aux yeux. Les souvenirs revenaient peu à peu, ils refaisaient surface, reflétaient tout le mal que Delsey gardait en elle. Elle n’avait jamais rien dit à personne sur sa tristesse, préférant de loin garder le mal pour elle et ne pas avoir la pitié des autres. Elle était indépendante et parfois c’était bien, d’autres fois non. La brunette était triste ce matin, les mauvais souvenirs étaient de retour en elle et elle savait bien qu’ils ne s’effaceraient pas comme ça. Premier mauvais souvenir, la mort de sa mère lorsqu’elle avait à peine onze ans. Sa mère était morte d’un cancer et Delsey ne s’en était jamais vraiment remise, c’était aussi en partie à cause de ce triste évènement qu’elle avait due déménager à Londres la même année. Rien n’allait plus cette année là, elle avait de la peine qu’elle ne confiait à personnes. En fait, personne sauf son père ne savait que sa mère était morte et ça, ça lui faisait atrocement mal mais comme je vous l’ai dit plus tôt, elle ne veut pas avoir la pitié des autres et la plupart du temps, elle garde ses larmes en elle pour ne pas que personne ne la voit pleurer. Deuxième mauvais souvenir, son anorexie. Elle devait avoir environ quatorze ans, et la peine était rendue insurmontable pour elle. Ne pas se confier la rongeait de l’intérieur mais elle était têtue. Et donc, pour changer sa souffrance de place, elle arrêta carrément de manger et ça fonctionnait. Le mal avait bel et bien changé de place et elle en était presque fière. Bien qu’il n’y ait rien de très joyeux dans ce fâcheux problème de santé. Environ trois mois après le début de son anorexie, après quelques pertes de connaissances dues au manque de nourriture, son père l’envoya en hospitalisation à l’hôpital de Londres, ce qui choqua Delsey mais elle se doutait bien que c’était pour son bien. C’est après un mois loin de ceux qu’elle aimait et où elle était forcée à manger qu’elle put finalement sortir de l’hôpital et revoir les deux seules personnes qui comptaient réellement pour elle, Kayla et son père. Les deux l’aidèrent à se réhabituer à bien manger et veillèrent à ce qu’elle ne saute aucuns repas. C’est de cette façon qu’elle s’en sortit. Troisième mauvais souvenir, celui qui revenait le plus souvent dans sa mémoire, celui qui faisait le plus mal, Sean. Comment avait-elle fait pour le laisser? Après tout ces moments de bonheur, ces moments où plus rien ne comptait sauf lui. Comment?

    - FLASH BACK –


      Elle était là, la fameuse Delsey, à se promener dans un parc de Londres aux environs de dix heures le soir. Pas beaucoup de gens dans les parages, les larmes coulaient à flot sur son visage. Elle se laissait aller, elle se vidait de toute la tristesse qu’elle avait accumulée et qu’elle cachait aux êtres chers. La tristesse s’emparait d’elle lorsque tout à coup un visage familier s’approcha, c’était Sean. Un jeune homme qu’elle avait rencontré dans la forêt environ une semaine plus tôt et qui l’avait aidé à se déprendre la cheville d’une position fâcheuse. D’ailleurs, elle avait toujours mal à cette cheville et ça paraissait dans la façon dont elle marchait. Enfin bref, lorsqu’elle le vu arriver, son premier réflexe fut de tenter d’essuyer toutes les larmes qui avaient coulés sur ses joues mais ça ne marchait pas, il l’avait déjà vu de toute façon.

      « Hey Dels’! Ça va?
      « Non… Non ça va pas.
      « Qu’est-ce qu’il y a ?
      « Des mauvais souvenirs qui refont surfaces.
      « Comme quoi?

      Elle ne voulait pas lui dire la vraie raison de sa tristesse qui était la mort de sa mère, ne voulant pas qu’il prenne pitié. Elle n’aime pas que les gens aient pitiés d’elle. Elle trouve qu’ils ont beaucoup d’autres choses plus importantes à faire que de se préoccuper d’elle alors elle ne dit rien. Mais par contre, elle ne pouvait plus garder ça seulement pour elle, il fallait qu’elle lui avoue l’un des trucs ayant marqués le plus son existence et qui consistait sa peine aussi.

      « Anorexie... Déménagement.
      « Anorexie ?!
      « Rien de très grave, je m’en suis remise tu vois!
      « Mais c’est pas rien ça Delsey!
      « Oh, je te dis que si, regarde, je suis en pleine forme. À part cette cheville.

      Et ils rigolèrent puis se parlèrent pendant environ deux bonnes heures. Par la suite, minuit sonna aux pendules et Delsey devait rentrer chez elle pour prendre un peu de sommeil et ne pas trop faire inquiéter son père. Malgré le fait qu’elle avait dix-sept ans, son père s’inquiétait encore beaucoup d’où elle pouvait être. Par contre, ce qui devait arriver, arriva. Ils s’embrassèrent. Et ce fut le début de quelque chose de magnifique que l’on nomme « amour ». Delsey et Sean, ils s’aimaient comme personne n’a jamais aimé.


    - FIN FLASH BACK –


    Il était là, devant elle présentement. Et il la voyait encore dans une position embarrassante pour elle, soit la tristesse. Elle détestait qu’on la voit triste et malheureuse, comme je vous l’ai dis plus tôt. Sean était là, il était bel et bien là. Plus beau que jamais et ça lui faisait mal tel un poignard dans le cœur. Elle regrettait de l’avoir laissé comme personne n’a jamais regretté auparavant. Et de le revoir, là maintenant, n’arrangeait rien du tout. Loin de là, ça c’est certain. Il semblait triste lui aussi, perturbé, confus quoi.

    « Ça faisait longtemps que j’espérais te revoir Sean…

    Effectivement, ça faisait très longtemps qu’elle espérait le revoir, lui, parce qu’il avait été une grande partie de sa vie. Et elle n’avait jamais vraiment réussie à l’oublier, il avait toujours été là pour elle, et elle regrettait tout. Tout ce qu’elle lui avait dit la dernière fois.

    « Tu n’es pas impardonnable justement Sean! C’est moi qui le suis! Et t’as surtout pas à te sentir mal des derniers évènements entre nous deux. Parce que laisse-moi te dire que t’as rien fait de mal, loin de là! C’est ma faute Sean, tout est ma faute.

    La brunette était d’ailleurs très sincère dans ses dernières paroles, elle pensait clairement et sincèrement que tout était sa faute, et ça l’était. Car Sean, lui, il ne voulait pas mettre un terme à leur idylle, c’est elle qui a mise fin à ça. C’est la seule fautive dans l’histoire. Et elle se sentait mal de le voir là, face à elle, l’air désolé alors qu’il ne devait pas l’être.

    « T’as pas à être désolé Sean. Je le suis, je suis désolé. Je suis désolé pour tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://KIIIIMM.skyrock.com
Sean C. Carlson
    Sean » Who's afraid pf the big bad Wolf?

avatar

Nombre de messages : 121
Age : 25
▬ Avatar : Taylor Lautner
▬ Humeur : Envie de pisser alors bon...
Date d'inscription : 29/03/2009

Moi, toujours Moi
Relations:
Jukebox: I'm Yours -Jason Mraz
Tout le reste:

MessageSujet: Re: great, i lost. 'Got anything else to tell me ? • pv. sean <3   Ven 10 Avr - 10:17

&

" Love sees with the heart and not with mind "
– William Shaskespear.


    Il y avait de cela aussi, dans la complicité de Sean & de Delsey. Leurs problèmes, leurs vie difficile, leurs douloureux souvenirs... La belle brune n’avait raconté qu’une partie de toute les difficultés qu’elle avait eut jusqu’à aujourd’hui à Sean, et il le savait. Pour autant il n’avait jamais cherché à en savoir plus, il n’avait jamais insisté pour qu’elle se confie à lui comme à un journal intime. Si elle voulait tout lui dire, elle pourrait le faire et il serait là, présent pour l’écouter, pour lui parler & pour l’aider si tel en était le besoin. Du côté du jeune-homme, les soucis s’étaient multipliés pendant la première partie de son insignifiante vie. Il avait vécut dans un pays pauvre avec une mère à fond dans l’humanitaire et qui n’avait vraiment pas beaucoup d’argent. De plus, il ne connaissait pas son père à cette époque. Le jour de son dixième anniversaire, son meilleur ami Mexicain, Kali avait été tué. Quelques mois plus tard, il avait commencé à déconner sérieusement et à consacré son temps libre à faire toutes sortes de petites conneries. Puis sa mère avait été atteinte de la grippe espagnole et en était décédé quelques mois plus tard. Il avait alors était habité chez son père, à Londres. Un putain de bourge sans scrupules. Sean avait eut du mal à s’habituer à sa nouvelle vie, refoulant tout dans ce nouveau pays. Ne supportant pas d’être passé du statue de « pauvres » à celui de « riches » si vite ; de plus, son fameux père donner mille fois plus d’argent aux péripatéticiennes qu’il appelé en cachette de sa dernière femme en liste qu’aux associations caritatives. Puis le petit jeune-homme avait rencontré Stella, celle qui était désormais sa meilleure amie et bien plus encore. Il avait réapprit à sourire, à apprécier certains moments, à voir sa nouvelle vie comme une chance... Du côté de Delsey, il ne savait qu’un de ses nombreux malheurs. Sa période d’anorexie. Quand elle lui avait avoué lors de leur seconde rencontre, le jour où ils s’étaient embrassés pour la toute première fois [...] il l’avait imaginé mal, souffrante & complètement détesté d’elle-même. Il avait fermait les yeux quelques secondes, secouant la tête, voulant oublier cette image horrible qu’il avait entrevu. Il n’avait pas peur de grand-chose, mais la voir souffrir était sa plus grande crainte.
    Son seul grand malheur depuis qu’il avait débarqué du Mexique avait été la perte de Delsey, la fille dont, à la suite d’une rencontre imprévue, il était tombé follement amoureux. Il avait choisit de suivre Stella dans une autre université et elle l’avait prit encore plus mal qu’il ne l’aurait cru, décidant carrément de mettre fin à leur relation. Sean n’avait jamais essayé de la rappeler, bon nombre de fois il avait du résister à l’envie d’entendre sa voix, d’être en sa présence. Il n’avait jamais cherché à la rencontré dans la rue par « hasard ». En fait, il ne s’était pas battu pour la retenir, malgré qu’il l’aimait. Il ne s’était pas battu car il était persuader que ce combat aurait fait trop de mal à la fille qu’il aimait tant. Dans son esprit, c’était clair. Elle ne voulait plus de lui, il l’avait déçu et elle ne voulait plus rien avoir à faire avec lui. Soit. Il souffrirait en silence & affronterait cette période noir sans se plaindre. Du moins pas trop. Ce qu’il avait fait, même si en réalité elle était toujours au centre de son cœur anesthésié.


    -Flash Back-

    Une matinée ensoleillée. Un écran d’ordinateur. Une rédaction à faire pour le lendemain. un sujet imposé bien ennuyant. Une flemmardise énorme. Une envie de faire complètement autre chose. Un téléphone qui sonne.

    « Sean ? C’est Delsey.»
    « Oh, bonjour. »
    « J’irais bien en forêt mais il paraît que seule c’est pas très prudent ! »
    « Ah bon ? Qui t’as dis ça ?»
    « Un jeune homme qui m’y accompagne cette après-midi. »
    « Il en a de la chance dis moi ! »
    « Tu penses que ça lui irait de venir me prendre vers 15 heure ? »
    « Ca lui conviendra sûrement parfaitement. »
    « Super, merci Sean ! A cette après-midi alors !»

    Un téléphone qui est reposé. Un doigt bronzé éteignant un écran d’ordinateur. Un magnifique sourire sur le visage d’un beau jeune-homme. Comme convenue Sean était passé prendre Delsey chez elle vers quinze heures, il s’était même excusé pour ses quatre minutes de retard. Ils avaient été tous les deux en forêt, étaient montés jusqu’au sommet des nombreux rochers avec Sean comme guide et avaient admirait la vue qui s’étendait sur Londres. Observant à l’Est les magasins et le River Side School, à l’Ouest les bureaux de travails et le Magdalen College... Puis Sean avait doucement glissé sa main dans celle de la jeune-femme qui l’accompagné et lui avait sourit quand elle avait levé les yeux vers lui. Quelques minutes plus tard ils étaient tout les deux assis, au plus haut point de la forêt. Enfin Sean était assis, Delsey elle était allongé et avait la tête sur les jambes du beau jeune-homme. Puis elle avait levé la tête vers lui, et bêtement il lui avait sourit avant de laisser échapper une grimace lorsqu’elle lui avait posé une question.

    « Pourquoi tu étais trempé le jour, quand tu es revenu pour me libéré la cheville, tes vêtements, tes chaussures, toi... pourquoi tout était mouillé ? »

    « Aïe. Hum... jocker !»
    « Non, Sean ! Allez ! S’il te plait ! »
    « Eh ben... en me penchant pour tremper mes mains dans l’eau... j’ai dérapé. »

    S’en était suivit un beau fou rire de la part de la demoiselle, imaginant l’homme tombé la tête la première dans l’eau de la rivière. Dommage qu’elle ait loupé ça. Et s’était-elle qu’était pas fichu de mettre des chaussures appropriées sans risquer de se faire mal ? Sean bougonna un peu, et quand elle fut calmée, elle remplaça ce rire par un joli sourire. C’était juste pour elle qu’il avait fait tout ça. Et quand elle se redressa pour l’embrasser, il n’eut aucun mal à lui rendre son baiser.

    -Fin du Flash Back-

    Il la regardait, le regard peiné. Il s’en voulait tellement de lui infliger ça. Mais sur le moment, il l’avait vu et il avait eut envie d’être avec. C’était aussi simple que cela. Mais se rendant compte qu’il avait fait preuve d’un égoïsme pur, il avait baissé la tête. Attendant juste qu’elle le traite de n’importe quoi avant de repartir honteux. Mais elle ne l’avait pas fait. En revanche, ce qu’elle lui répondit lui fit bien plus mal ! D’une part il s’attendait à tous sauf à cela & d’une autre... il avait espérait, pendant deux millième de secondes. Et de nouveau, c’était finit. Le retour à la réalité en était d’autant plus douloureux. Il releva la tête, le regard perdu & déstabilisé.

    « Ne dis pas ça Delsey ! S’il te plait, dis moi tout mais pas ça. »

    Pourquoi cette réaction ? Parce qu’il savait qu’elle ne le pensait pas, qu’elle ne pouvait pas le pensait, que c’était totalement impossible. Mais plus elle parlait, plus il n’y comprenait plus rien. Elle ne le détester pas ? Elle ne juger donc pas responsable de ce qui avait amené à la fin de leur relation ? Elle ne pouvait pas. Impossible. Des larmes vinrent lui brûler les yeux. Depuis combien de temps n’avait-il pas pleuré ? C’était plutôt difficile à dire. Et là, elle ruiner en quelques secondes tout ce qu’il avait cru pendant des mois. Tout ce qu’il l’avait rendu malade à en crever ?

    « Non non, arrête ! C’est moi qui ai préféré partir avec Stella plutôt qu’avec toi. C’est moi qui n’aie rien fait pour te retenir. C’est moi qui ne t’ai pas assez répéter que je t’aimais autant & même plus qu’on le puisse. C’est moi, seulement moi ! C’est de ma faute ! Je suis monstrueusement minable mais je t’en pris, ne me fait pas croire que j’aurai pu tout arranger. Ne me fais pas penser qu’on pourrait être encore ensemble.»

    Le disait-il pour elle, ou pour lui-même ? Ses phrases n’étaient pas très délicates, et il les regrettait déjà. Mais pensait que si il avait fait ne serait-ce qu’une seule chose autrement, tout aurait été différent... ça lui était totalement insupportable. A présent il voulait entendre les phrases qu’il avait redoutées durant des semaines & des semaines. Rien ne pouvait être plus affreux que ça. Du moins c’est ce que sa souffrance du moment lui faisait pensée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Delsey H. Julliards
    DELSEY • you don't know what it's like to be me.

avatar

Nombre de messages : 42
Age : 23
▬ Avatar : Demi Lovato <333
▬ Crédit : lex <3
▬ Humeur : confused but happy .
▬ identity Pix` :
Date d'inscription : 29/03/2009

Moi, toujours Moi
Relations:
Jukebox: angels on тhe moon by тhriving ivory.
Tout le reste:

MessageSujet: Re: great, i lost. 'Got anything else to tell me ? • pv. sean <3   Lun 13 Avr - 6:31

    Le passé, il sait faire mal au mauvais moment. Il sait refaire surface lorsqu’on s’y attend le moins. Le passé, il sait nous faire souffrir alors que nous sommes heureux. Le passé, c’est une plaie qui ne se referme jamais complètement. Chaque secondes passées est irrécupérable, chaque petit moment de bonheur est inoubliable. Mais tout ceci, c’est du passé. La minute qui vient de passer, elle est elle aussi du passé. Alors comment faisons-nous pour vivre dans le présent alors que nos pensées se retournent toutes sur le passé ou le futur? Ça n’est certainement pas Delsey qui saurait vous le dire car ces derniers temps, le passé refait surface dans sa mémoire. Un passé douloureux. Un passé malheureux. Un passé inoubliable.

    - FLASH BACK -


      Il devait être environ deux heures du matin et Delsey venait tout juste de se réveiller. Un cauchemar. La troisième fois qu’elle faisait ce même fichu cauchemar. Ça se déroulait dans une petite ville hantée, sans rien ni personne autour. Elle était seule et avançait dans les rues désertes lorsqu’un jeune homme la capturait et tentait de la tuer. Elle se réveillait toujours au moment où la hache se rapprochait de sa tête. Un cauchemar immense et effrayant. Et cette nuit, il faisait tempête à Londres. Son père était parti en voyage d’affaire aux Etats-Unis et une panne d’électricité venait inévitablement de se produire puisque le cadran réveil de la belle brunette ainsi que sa télévision, qu’elle laisse marcher durant la nuit pour s’endormir, venaient de s’éteindre simultanément. Là c’est clair, elle avait peur. Non seulement elle était seule chez elle dans cette espèce de grosse baraque avec pleins de recoins sombres, mais il n’y avait plus de courant et elle entendait des bruits étranges, sûrement venant de la tempête. Lorsque ses yeux s’habituèrent à la noirceur, la brunette distingua son téléphone sur sa table de chevet et, malgré les pannes d’électricité, les téléphones fonctionnent toujours, elle décrocha le combiné et composa le numéro de téléphone de Sean. Rappelons-nous qu’il est toujours deux heures du matin. Une voix endormie répondit.

      « C’est qui?
      « C’est Delsey, désolé de te réveiller. J’dois avoir l’air d’une folle à t’appeler à cette heure.
      « Il est quelle heure?
      « Hum… Avant que la panne d’électricité survienne il était deux heures du matin. C’était y’a cinq minutes à peu près.
      « Dels’, pourquoi tu m’appelles à cette heure?
      « Je viens de faire un cauchemar & je suis incapable de me rendormir. En plus, y’a une panne de courant & des bruits étranges.. J’ai peur.
      « Delsey Haravon Julliards a peur. Eh bah, c’est une première.
      « C’est pas drôle Sean, ça me fou les jetons chez moi là!

      Et un bruit se fit entendre de part et d’autres de la maison de Delsey. Un coup de tonnerre de dehors probablement mais ensuite, elle entendit le parquet craquer. Elle commença à flipper.

      « AHHHHHHHH
      « Quoi?! Tu veux réveiller mon père aussi?
      « Sean, j’suis sûre qu’ya quelqu’un qui squatte chez moi. Le parquet, il craque!
      « C’est ton imagination Dels’, il est deux heures du matin. Rendors-toi.
      « J’suis pas capable.
      « Attend-moi et j’arrive alors.

      Puisque Sean habitait proche, cinq minutes plus tard on entendait sonner chez la brunette. Delsey, munie de la lampe torche de sa table de chevet, descendit à l’entrée lui ouvrir. Lorsqu’elle le vue là, tout trempé face à elle, elle lui sauta carrément dans les bras.

      « Merci Sean. Je suis toute seule chez moi et ça me fou les jetons, vraiment.

      Au même moment, on entendit encore le parquet grincer, ce qui fit frissonner la brunette. Le parquet grinçait de plus belle et son père n’était pas là ce soir là.

      « T’as entendu? J’suis sûre qui a quelqu’un ici.
      « Ou ta maison a un parquet qui grince, c’est tout.
      « Ma maison, elle est presque neuve et n’a jamais grincée Sean.
      « Quand il fait tempête, on s’imagine tout plein de trucs idiots Dels’

      Les deux amoureux allèrent s’asseoir sur le canapé qui était près de l’entrée et Delsey conta à Sean son cauchemar et ainsi de suite. Elle adorait parler avec lui et l’aimait beaucoup aussi. Ils finirent par s’endormir sur le canapé, en amoureux. Lorsque le soleil se réveilla et que les rayons du soleil pénétrèrent la grande vitre du salon à sept heures du matin, les deux se réveillèrent simultanément. L’électricité toujours pas revenue, mais de la lumière. C’était déjà ça. Quelle expérience!


    - FIN FLASHBACK -


    Le beau jeune homme était là, face à Delsey. Les souvenirs revenant doucement en mémoire. Des souvenirs heureux qui la rendaient d’autant plus nostalgique sur le fait qu’elle n’aurait jamais due le laisser. Et qu’il soit là, face à elle, plus beau et rayonnant que jamais mais ayant l’air triste de l’intérieur la tuait. Elle se sentait plus que mal. Il avait terriblement souffert de cette rupture, et elle de même.

    « Tu voudrais que je te dise quoi Sean ? Que je te déteste, que je t’en veux ? Parce que si je te disais ça, ça serait le plus gros des mensonges.

    Après ces quelques phrases, des larmes vinrent couler sur les joues de Sean, et ça fit encore plus mal à Delsey. Le voir aussi triste, plus qu’elle ne pouvait l’imaginer ne faisait que confirmer ce qu’elle redoutait le plus ; ils n’auraient jamais dus se séparer. Ça confirmait qu’elle avait fait la plus grosse erreur de toute sa vie. Des larmes vinrent aussi couler sur ses joues, alors que quelques minutes plus tôt elles s’étaient arrêtées. La brunette s’approcha de Sean et doucement, du revers de sa main, essuya les larmes du jeune homme.

    « Ça me fend le cœur de te voir pleurer. Plus que tu ne peux te l’imaginer. Et ça n’est pas ta faute. Stella était ta meilleure amie, et j’espère qu’elle l’est toujours. De plus, tu n’aurais pas pu faire grand-chose pour me retenir, car tel est le destin. Et pour ce qui est de me dire que tu m’aimais, tu me l’as suffisamment montré à chaque minime seconde de notre idylle. T’étais toujours là pour Sean, t’étais là. Alors je ne vois pas comment tu aurais pu encore plus me montrer que tu m’aimais. Alors que tu me dises que tout est de ta faute ? Je ne le crois pas. J’en suis certaine même. Tu n’as rien fait de mal, tu n’es pas à blâmer.

    Non, c’était elle qui était à blâmer. Sean l’avait aimé de tout son cœur, et elle aussi l’aimait mais, par pure protection par peur d’avoir le cœur brisé de nouveau, elle l’avait laissé. L’énorme bourde. La plus grosse bourde de toute son existence. Elle l’aimait.


poste vraiment nul, sorry.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://KIIIIMM.skyrock.com
Sean C. Carlson
    Sean » Who's afraid pf the big bad Wolf?

avatar

Nombre de messages : 121
Age : 25
▬ Avatar : Taylor Lautner
▬ Humeur : Envie de pisser alors bon...
Date d'inscription : 29/03/2009

Moi, toujours Moi
Relations:
Jukebox: I'm Yours -Jason Mraz
Tout le reste:

MessageSujet: Re: great, i lost. 'Got anything else to tell me ? • pv. sean <3   Lun 13 Avr - 14:21

    Il la regardait. Malgré les quelques larmes qui restaient au bord de ses yeux et qui lui brouiller la vue, il la regardait. Comme si c’était la dernière fois qu’il pouvait distingué ses traits parfait, comme si elle allait disparaitre. Sa plus grande peur pendant un long moment avait été de la perdre. Il l’avait perdu et il en avait souffert à un point abominable. Il savait bien que c’était par sa faute que tout ce mal avait été fait mais ça ne l’empêcher pas de ne plus jamais vouloir souffrir de la sorte, quelque en soit le prix. Il avait perdu son meilleur ami, il avait perdu sa mère et il avait perdu Delsey. Bien que ce ne soit pas de la même manière, il en avait tout autant souffert. Pendant ses quelques mois, il avait malgré tout réussit à remonter la pente, grâce à Stella surtout. Mais durant ce temps, il s’était aussi jurer de ne plus jamais avoir autant mal. Sean n’était pas particulièrement un homme de parole mais celle-ci il y tenait. Pourtant, dès qu’il avait croisé de nouveau son regard, il avait su qu’elle avait tout ruiné en un dixième de seconde. Il avait du mal à deviner à quoi elle pensait, trop occupé par ses propres songes. Il se repasser dans sa tête tout le film de leur relation & ça lui était douloureux plus qu’autre chose.

    - Flash Back –

    Sean dormait tranquillement, pour une fois il s’était couché avant minuit & il profiter pleinement de la nuit malgré la tempête et le vent qui soufflait dehors. Il n’aurait su dire à quoi il rêver, mais depuis qu’il avait rencontré Delsey, enfin surtout depuis leur seconde rencontre, il n’avait plus aucun soucis à s’endormir le soir. Mais comme on dit « Ce qui cause le sommeil peut aussi causer l’insomnie. » Et il n’avait jamais trouvé cette phrase aussi vraie que cette nuit là lorsque son portable avait vibré à côté de son lit et qu’il avait décroché sans même voir que le nom de Delsey s’était inscrit sur son téléphone :
    « C’est qui ? »
    « C’est Delsey, désolé de te réveiller. J’dois avoir l’air d’une folle à t’appeler à cette heure. »
    « Il est quelle heure? »
    « Hum… Avant que la panne d’électricité survienne il était deux heures du matin. »
    [...]

    « Je ne suis pas capable. »
    « Attend-moi, j’arrive alors. »

    Et il avait raccroché. Sans « A tout de suite » ou sans « Je t’aime » mais il fallait le comprendre aussi, il était deux heures du matin quoi. Faisant preuve d’une volonté qu’il ne soupçonner même pas de lui, il avait réussit à se lever et même a enfiler un pantalon par-dessus son caleçon en plus d’un tee-shirt, d’une paire de chaussures et d’une veste à capuche. Son père devait dormir mais il ne le prévint pas, il s’en fouter royalement & de toute façon ce n’était sûrement pas lui qui allait s’inquiéter pour Sean. Heureusement, leurs deux maisons n’étaient pas très éloignées l’une de l’autre, car il faisait un froid impressionnant dehors. Et quand à peine au bout de la rue il se mit à pleuvoir, il se laissa aller à pousser un long soupir lourd avant de se mettre à courir vers la maison des Julliards. Puis il sonna chez elle, pesta contre ce maudit temps et il fallait l’avouer, un peu contre Delsey aussi. Pourtant, dès qu’il la vit à travers la porte vitré, il ne put s’empêcher de lui envoyer un petit sourire & il aurait aussi bien pu être tout sec, il s’en ficher à présent. D’ailleurs c’était la seconde fois qu’il se présenter dans un état trempé devant elle, n’empêche que lorsqu’elle ouvrit la porte et qu’elle se jeta dans ses bras, il rentra dans la maison pour ne pas l’être encore plus. Ce dont il ne se rendit pas compte c’était qu’il était resté un bon moment sous la pluie avec elle contre lui avant d’aller à l’intérieur. Il referma la porte avec le pied, sans la lâcher de suite pour autant. Puis il déroula ses bras des hanches de la belle jeune-fille. Ce n’est qu’à ce moment qu’il s’aperçut qu’elle était trempé elle aussi, par sa faute. Mais surtout qu’elle avait l’air paniqué à l’idée qu’ils ne soient pas que tout les deux dans la grande maison, ce qu’il considéré comme tout à fait ridicule. Il lui adressa un faux air agacé.

    « Quand il fait tempête, on s’imagine tout plein de trucs idiots Dels’. Il n’y a personne ici hormis toi & moi. Ok ? Juste toi & moi, personne d’autre ? »

    A la fin de sa phrase, elle se dérida légèrement laissant montrer un petit sourire. Il se demanda au départ pourquoi alors que la seconde d’avant, elle avait l’air effrayé. Puis il repassa sa phrase dans sa tête, compris & souria, lui aussi. Ils allèrent s’installer dans le canapé et Delsey lui raconta son cauchemar. Sean détester la savoir mal comme ça, et l’idée que quelqu’un puisse lui faire du mal... A plusieurs reprises, son regard s’assombrit et il grogna. Puis elle s’endormit. Mais pas lui, du moins pas tout de suite. En réalité, il ne s’aurait dire combien de temps il était resté là à la regarder sans bouger, pendant qu’elle dormait.

    - Fin du Flash Back –


    Leur souvenirs du même moment n’étaient pas tout à fait les même, pourtant, l’un comme l’autre il représenter pour eux un merveilleux instant qu’ils avaient passé ensemble. Comme tous ceux que Sean avait passés en la présence de Delsey de toute manière. Bien-sûr il y avait eut d’autre moments moins bon, comme la fois où ils s’étaient disputés à propos de son anorexie. C’avait été un samedi midi, ils avaient prévu de passer la journée ensemble et de manger dans un snack le midi. La matinée s’était déroulé à merveilles mais lors du repas, Delsey avait refusé de manger en prétextant avoir mal au ventre. Sean n’avait pas bien réagit, il lui avait sortit des tas de phrases débiles pour qu’elle se remplisse l’estomac et elle n’avait pas aimé du tout. Puis il lui avait demandé de se nourrir, ou alors il partait. Elle avait refusé, il avait posé les clés de sa voiture sur la table, pour qu’elle puisse rentrer et il était partit. Tout ça il l’avait fait parce qu’il l’aimait, parce qu’il avait peur pour elle & parce qu’il voulait qu’elle se porte bien. Sauf qu’il ne s’y était pas bien prit. Du tout. En attendant, il était rentré chez lui, à pied. C’était un long parcours mais dans l’état ou il était, il ne s’en était pas rendu compte plus que ça. Heureusement le mercredi suivant il avait été lui parlé, et il avait finit par l’embrasser, sans forcément lui demander son avis. Mais elle ne l’avait pas repoussé. Tant mieux. Repensait à tous ces moments qu’ils avaient partagés, qu’ils soient bon & mauvais, n’était pas forcément un bon moyen d’aller mieux mais il ne pouvait faire autrement. Il ne pouvait tout oublier, de toute façon il n’était même pas sûr de le vouloir. Il avait beau repenser à tout ça, il la regardait toujours. Il l’avait détruite à ce point ? Elle aurait beau lui répéter qu’il n’y était pour rien, il s’en voudrait toujours. Une énorme boule s’était formée au niveau de sa gorge, et une autre au niveau de son ventre. Les deux le faisaient atrocement souffrir. C’est quand la douleur lui devint insupportable qu’il baissa finalement la tête, laissant tombé les larmes qui stagner au niveau de ses yeux sur le sol humide de la forêt. Reprenant son courage à deux mains, il releva la tête. A faire se qu’il venait de faire, il se montrer encore plus faible qu’il ne l’était déjà. Quel imbécile ! Et elle mérité tellement mieux que toute cette souffrance qu’il était persuader lui infliger. Malgré ça il n’avait pas envie de partir, il n’avait pas envie qu’elle s’en aille. Oui, Sean était assez compliqué. Quand elle s’approcha de lui, ses yeux durent doubler de volume, alors imaginé lorsqu’elle posa sa main sur l’une de ses joues pour lui essayer ses larmes. Les yeux embués, il posa sa main sur celle de Delsey, juste pour profiter de ses instants quelque seconde de plus. Puis leurs mains retombèrent... Mon dieu, il la faisait encore pleurer. Il fermer les yeux avec force, comme pour effacer ce qu’il avait vu, au bien même ce qu’il avait fait. Mais quand il entendit ses paroles, il les rouvrit doucement.

    « Ne parle pas de destin Dels’. C’est juste une forme que prend le coupable pour paraître l’être un peu moins. Et n’essaie pas de me déculpabiliser, tu n’y arriveras pas, désolé. Puis non, je n’étais pas assez là, sinon à ce moment même tu serais dans mes bras. J’ai tout fait de travers, j’en ai conscience. Je ne te demande pas de me pardonner, juste de... d’admettre que je suis une ordure, que tu me haïs et que tu te portes à merveilles sans moi. »

    Dans le fond, cette dernière phrase lui aurait fait du bien. Il était malheureux au possible, même si elle allait bien, alors il surmonter tout ça. Le reste l’aurait torturé au possible, mais l’aurait aidé à admettre que tout était fini, par sa faute. Qu’il l’avait définitivement perdu, qu’il avait tout perdu. En la regardant, encore, il essaya de lui arracher un sourire, malgré que le sien ressemble à une mauvaise imitation, il essaya de paraître franc quand il lui dit :

    « Car c’est, ou ce sera, le cas Delsey. Tu vas rencontrer quelqu’un d’autre, quelqu’un de bien qui te méritera vraiment et tu m’oublieras. Moi et la souffrance qui va avec. D’accord ?»

    Sean l’avait aimé de tout son cœur, et c’était pour ça qu’il ne voulait que son bonheur, qu’il essayait de paraître en accord avec lui-même lorsqu’il lui sortait ces quelques phrases qui le rendait sourd.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Delsey H. Julliards
    DELSEY • you don't know what it's like to be me.

avatar

Nombre de messages : 42
Age : 23
▬ Avatar : Demi Lovato <333
▬ Crédit : lex <3
▬ Humeur : confused but happy .
▬ identity Pix` :
Date d'inscription : 29/03/2009

Moi, toujours Moi
Relations:
Jukebox: angels on тhe moon by тhriving ivory.
Tout le reste:

MessageSujet: Re: great, i lost. 'Got anything else to tell me ? • pv. sean <3   Sam 18 Avr - 7:12

    Ça fait mal, lorsque les mauvais souvenirs reviennent à la charge comme ça. Vous savez, lorsque tout semble noir, lorsque vous ne pouvez même plus imaginer une seule lueur de soleil parce que vous avez de la peine. Vous savez, lorsque vous pensez que votre place n’est pas ici? Que vous ne devriez pas être là? Lorsque vous vous demandez ce que vous faites là, présentement, ou alors pourquoi tout est arrivé ainsi? Lorsque vous vous blâmer de n’importe quelle minime erreur? C’est comme ça que se sent Delsey. C’est comme si la foudre l’avait frappée lorsque Sean était apparu. Il était sept heures du matin, et elle se croyait seule. Pourtant il était bel et bien là, et les torrents de larme ne se firent pas prier pour tomber à flot sur ses joues. Elle avait mal. Elle ne se sentait pas à sa place, elle avait le goût de tout abandonner. Ce jeune homme, en face d’elle, elle l’avait tant aimé. Elle avait tout donné d’elle et pourtant, elle avait mise un terme à cette relation. C’était ridicule mais c’est ce qu’elle avait fait. Elle l’aimait et c’est probablement pour ça qu’elle avait fait ça. Pour protéger son amour. Et pourtant, ça n’a fait que tout empirer. Au lieu de le laisser vivre sa vie, ça l’a détruit, en détruisant la sienne aussi. Alors au lieu de n’avoir qu’un seul cœur brisé, il y en avait deux. Deux cœurs qui s’aimaient mais qui, à cause de la conscience de Delsey, avait dû se séparer… Et pourtant, ça n’aurait jamais dû arriver. Sean et Delsey, ils étaient fusionnels, fait pour être ensemble.

    FLASHBACK


      Six heures du matin, dans un parc de Londres, une jeune et jolie brunette courait. S’entraînait-elle pour un marathon? Non, pas du tout. C’était Delsey Julliards, une jeune femme énergique qui avait parfois des idées farfelues telles aller courir dans un parc à six heures du matin par exemple. Enfin bref, la brunette joggait assez rapidement, elle prenait l’air en même temps. Ça lui faisait du bien de courir. Puis, elle fonça tout droit dans quelqu’un. Preuve de sa maladresse. La jolie Delsey releva le visage vers la personne qu’elle venait d’heurter et vit, à sa plus grande surprise, que c’était Sean. Un magnifique sourire vint se dessiner sur son visage d’ange.

      « Sean! Vraiment désolé, le matin je regarde jamais où je vais!
      « J’ai cru remarquer!

      Les deux jeunes amoureux rigolèrent, bien évidemment. C’était toujours ça avec eux. Pas de complexité, juste de l’amour. De l’amour à l’état pur. Les deux jeunes débutèrent donc une marche dans le fameux parc, main dans la main, à six heures et quart du matin. Puis, Delsey tourna le visage vers Sean, toujours en marchant, pour parler.

      « Dire que c’est ici que tout à commencé… À une heure folle comme celle-là, mais le soir !
      « Ouais! Des heures folles effectivement… Deux heures du matin, puis six heures, n’oublions pas minuit.
      « Troubles de sommeil!
      « Han Han, c’est ça!
      « Meuhh oui!

      La brunette le regarda, un air rigolo au visage. C’est vrai qu’ils se voyaient toujours à des heures folles, mais c’était ça qui faisait tout le charme du couple « Selsey ».


    FIN FLASHBACK


    Des torrents de larmes sur les joues, une peine intérieure plus qu’immense. Un mal insaisissable, une peine d’amour inégalable. Telle fut la triste fin de Selsey. Dire que tout est sa faute à elle, Delsey. Elle ne voulait pas mais sa conscience lui disait de le faire… Si seulement elle avait écouté son cœur. Alors ce n’est aucunes surprises que présentement elle soit là, en train de pleurer, face au jeune homme. Tout le passé était revenu dans sa mémoire en un laps de temps inégalable et la peine était si immense que personne ne pourrait contenir ça en eux sans la faire ressortir par des larmes. La brunette se rappelait tout ce qu’elle avait confié à Sean, tout ce qu’elle avait osée lui dire et tout à coup, un regret inégalable s’installa en elle. Elle regrettait de ne pas lui avoir parlé de la mort de sa mère. Pourquoi ne l’avait-elle pas fait? Pourquoi? Personne ne sait vraiment, car personne sauf son père n’est au courant de la mort de sa mère. Ça lui fait mal, à Delsey. Jours après jours elle espère toujours que sa mère soit là, près d’elle. Peut-être qu’elle saurait, elle, quoi dire à Sean, quoi faire avec cette situation… Elle le saurait. Si seulement elle était là.

    « Arrête de te sentir coupable Sean! Tu l’es pas! Tu te fais du mal pour rien tu comprends ça!? J’aime pas ça te voir comme ça. T’es pas coupable! Et puis tu veux que je te dise moi, ce que je pense de toi? Je pense que tu es quelqu’un de génial, toujours là pour les autres. Un homme à marier. Voilà ce que je pense de toi. Et non! Tu ne me feras pas te dire que je te déteste, parce que ça ne serait qu’un mensonge sans raisons! Je ne me porte pas à merveille sans toi tu vois! La bourde que j’ai faite avant d’entrer à l’université, je m’en suis toujours pas remise. Chaque jour je dois combattre la terrible envie de prendre le téléphone et de t’appeler. Juste te rayer de mes contacts sur mon portable a été difficile. Tu comprends ça Sean? Tu es tout, tout sauf une ordure!

    La voilà, la Delsey tellement triste qu’elle est en colère. Elle ne le prend juste pas qu’il veuille se faire traiter d’ordure. Ça lui fait mal à elle ça aussi. De savoir que rien ne serait arrivé si elle ne l’avait pas laissé. Elle se trouvait conne, voilà comment elle se trouvait. Elle détestait tout d’elle-même, sa propre personne de a à z. Voilà tout. Elle se haïssait à un point tel depuis qu’elle l’avait laissé… Elle ne s’en remettrait dont jamais.

    « Je ne veux PAS rencontrer quelqu’un d’autre Sean. Et rentre toi dans la tête que je ne t’oublierai JAMAIS. Alors arrête de dire des âneries tu veux bien?

    Car il faut l’avouer, la brunette ne serait jamais heureuse sans lui. C’était lui ou personne d’autre. Et juste l’idée de se voir avec un autre mec, ça l’importunait. Elle détestait cette idée. Elle en était juste incapable. Aimer quelqu’un de toute notre force même quand tout nous donne une raison d’abandonner, c’est un peu ça aimer de tout notre cœur.


    flashback vraiment nul, désolé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://KIIIIMM.skyrock.com
Sean C. Carlson
    Sean » Who's afraid pf the big bad Wolf?

avatar

Nombre de messages : 121
Age : 25
▬ Avatar : Taylor Lautner
▬ Humeur : Envie de pisser alors bon...
Date d'inscription : 29/03/2009

Moi, toujours Moi
Relations:
Jukebox: I'm Yours -Jason Mraz
Tout le reste:

MessageSujet: Re: great, i lost. 'Got anything else to tell me ? • pv. sean <3   Lun 20 Avr - 20:05

    L’air rieur de Delsey, Sean ne s’en était jamais lasser. C’était une des choses dont il manquer le plus depuis un certain moment. Et là, il avait disparu de son visage. Il ne savait si s’était depuis son arrivé ou si c’était déjà le cas avant, mais il se compter comme responsable de cette perte, en tout les cas. C’était tellement affreux comme sentiment de culpabilité, et il savait que Delsey ne se sentait pas au meilleur de sa forme non-plu. Elle avait l’air fatigué, affaiblit et tellement malheureuse... Il en ressentait la douleur rien qu’en croisant son regard, cette douleur qui semblait être identique à la sienne. La foudre, c’était à sa première rencontre avec la belle brune qu’elle l’avait frappé et c’était plus tard, lors de leur séparation qu’elle l’avait réduit en cendres. S’il s’était douté que ce simple jogging matinal aurait entrainé à tout cela...

    « Et tu crois que j’aime te voir dans cet état là, moi ? Par ma faute en plus! Tu me jetterais au font d’un puits que je ne t’en voudrais pas. J’aurais tellement aimé que ça se passe différemment... On ne peut pas remonter le temps, mais si c’était faisable, je te laisserais me larguer de nouveau. Parce-que je n’ai pas été à la hauteur une fois et qu’une deuxième n’y changerait sûrement rien. Tu es merveilleuse Delsey, et je te fais la promesse que tu te remettras de tout cela, que je ne te ferais plus jamais souffrir. »

    C’était tellement dur de lui dire tout ça, c’était aussi dur que nécessaire. Parce qu’il fallait qu’elle croit que plus rien n’était possible, parce qu’il fallait qu’elle se remette à sourire et à vivre, tout simplement. Parce que Sean avait besoin de savoir qu’elle allait bien pour supporter ce mal-être, et parce qu’il savait que le seul moyen qu’elle soit heureuse correspondait à leur éloignement. Promesse.


    - Flash Back -

    Suite aux nombreuses discussions entre elle & Sean et à l’angoisse de ce dernier concernant ce problème, Delsey avait finit par prendre rendez-vous chez le médecin pour parler de son anorexie et voir si tout aller bien depuis. C’était un assez grand pas pour elle mais Sean lui avait rabâché les oreilles avec ça, il s’inquiéter vraiment pour elle-même s’il essayait de ne pas trop le lui montrer, et répété à plusieurs reprises que de toute manière, il était tenu au secret médicale, que ça ne se saurait pas. Pour se rassurer, la belle brune avait demandé à son petit ami de venir la chercher après le rendez-vous qu’elle avait prit. De toute manière il ne pouvait qu’accepter, c’était surtout pour lui qu’elle faisait ça, même si ça pouvait la rassurer elle aussi.

    « Tu seras là, tu me promets ? »
    « Bien-sûr, seize heure, sans faute ! Promis. »

    En attendant cette heure, Sean c’était rendu au terrain de basketball extérieur qui se trouvait près de chez lui & avec Alex, son meilleur ami, il avait fait un match. Il ne vit pas le temps passé et lorsqu’il retourna au gradin, prendre son portable pour voir l’heure, il s’aperçut qu’il était déjà 16h48. Un air effaré ce plaqua sur son visage. Comment avait-il pu être aussi stupide et négligeant ? Expliquant vite fait la chose à son partenaire de jeu, il quitta précipitamment le terrain pour se rendre directement chez la jeune-femme, se doutant qu’elle ne l’aurait pas attendu tout ce temps dans la rue, devant le cabinet de son docteur. Le long du chemin, il ne cessa de se répéter pour lui-même qu’il était un imbécile fini. Quand elle lui ouvrit enfin, il frapper déjà depuis un moment, lui répétant sans cesse qu’il savait qu’elle était derrière la porte & insistant pour qu’elle le laisse lui parler.

    « Je suis inexcusable Delsey, j’étais au terrain avec Alex et... »
    « Tu sais à quel point c’était dur pour moi ? »
    « Je sais et... »
    « C’était affreusement dur et tu n’étais même pas là. »
    « Dels’, je te promets que... »
    « Promesse est un grand mot, arrête de l’utiliser à tord et à travers. »
    « Je suis désolé, je t’aime et je ne suis pas capable de te le montrer. Si j’ai voulu que tu y ailles c’est parce que j’ai tout le temps peur pour toi, et je ne me rends même pas compte que c’est moi qui te fais le plus de mal. J’ai vraiment été pire que nul sur ce coup, et je m’en veux tellement. J’espère que ça c’est bien passé malgré tout et que tu me pardonneras assez vite. Je serais toujours la pour toi, je te le pro... »
    « Tais-toi ! »

    Ca n’avait pas été agressif, presque doux. Elle voulait juste l’empêcher de promettre encore une fois. Et il fut assez surpris quand il baissa le regard sur son visage et qu’il vit qu’elle lui envoyé un fin sourire. Il l’admirait aussi pour ça. Sa tolérance. Il s’était dit assez souvent qu’il ne la mérité pas, et il en était totalement persuader. Elle l’avait ensuite fait entré & lui avait raconté le rendez vous en détails, pendant tout ce temps il l’avait écouté attentivement, lui sortant des paroles réconfortantes à certaines fin de phrases, mais la chose a laquelle il s’était le plus consacré lors de cette après-midi avait été à s’en vouloir. Il avait tellement de chance de l’avoir.

    - Fin du Flash Back -


    Il se rendait compte à présent qu’elle avait bien fait de lui empêcher de promettre encore inutilement. Et cette pensée lui arracha un haut le cœur en plus. Il en avait bavé pendant son enfance mais Delsey était passé par des trucs durs aussi, et il n’avait fait que rajouter une chose à la liste. Et encore, il ne savait même pas pour sa mère, si seulement il avait sut... Ca n’aurait peut-être pas changé grand-chose mais il se serait sentit moins inutile quand, lors de leur relation, Delsey avait des coups de blues et qu’il ne savait que faire pour l’aider. Puis c’est en sortant de ses pensées qu’il vit que le fameux air rieur de la demoiselle avait laissé place à un visage pire que triste, à un teint pâle, à une peine indéterminable et à des centaines de larmes roulant sur ses joues. Il eut l’impression qu’une épée lui traversé l’estomac avec une violence surhumaine. Le cœur et la raison sont souvent en désaccord, c’est sûrement le plus grand problème de l’être humain. Parfois nous sommes obligés de faire des choix, et parfois nous les regrettons. A vrai dire l’idée de la voir avec un autre garçon que lui, juste l’idée, le rendait malade de jalousie. Il aurait tellement aimé pouvoir encore lui dire qu’il était l’homme de sa vie, que leur couple c’était du pour toujours. Mais les choses ne s’étaient pas passé comme ça et bon dieu ce que c’était dur à accepter. Il avait tellement envie de la prendre dans ses bras, de lui dire que ce n’était qu’un mauvais rêve, que cette souffrance était superficielle. Dans un mouvement quasi désespéré il s’approcha vivement d’elle et la tira contre lui, la pressant contre son torse, enroulant ses bras dans son dos, sentant son cœur battre à une vitesse hallucinante dans sa poitrine. Et pendant quelque seconde, tout le reste avait disparu, il y avait juste elle et lui. Mais elle et lui il y a des mois, désormais tout était différent. Ce rendant compte de l’erreur qu’il avait commise et du manque de lucidité dans ce geste, il se détacha d’elle. C’était quoi ? Un simple déplacement ? Un simple recul de quelques dizaines de centimètres ? Et pourtant, il avait fait un effort inconsidérable. Alors ce qu’il ressentit quand elle lui dit qu’elle ne voulait pas rencontrer quelqu’un d’autre. Mon dieu, ce qu’il aurait aimé lui dire qu’il l’aimait, que tout allait bien. Il ne pouvait pas, il ne devait pas!

    « Je ne dis pas des âneries, je suis juste plus réaliste. Le résultat de notre histoire, c’est la souffrance. Je ne veux plus jamais te voir souffrir de la sorte, Delsey. »

    L’était dans lequel il l’avait mise l’avait effrayé, il avait l’impression d’être un monstre et par-dessus tout de l’avoir détruite. C’était la dernière chose qu’il pouvait supporter. La toute dernière. Pourtant il savait qu’une partie de lui ne pourrait jamais l’oublier, sous aucun prétexte. Il l’avait aimé tellement fort, tellement intensément. Il avait adoré chaque instant passé avec elle, tous ces bons comme mauvais moment avaient deux effets. Ils le torturaient et le gardaient en vie en même temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Delsey H. Julliards
    DELSEY • you don't know what it's like to be me.

avatar

Nombre de messages : 42
Age : 23
▬ Avatar : Demi Lovato <333
▬ Crédit : lex <3
▬ Humeur : confused but happy .
▬ identity Pix` :
Date d'inscription : 29/03/2009

Moi, toujours Moi
Relations:
Jukebox: angels on тhe moon by тhriving ivory.
Tout le reste:

MessageSujet: Re: great, i lost. 'Got anything else to tell me ? • pv. sean <3   Dim 26 Avr - 22:11



    La vie est faite de toutes sortes de mésaventures, des bonnes et des mauvaises. Des mésaventures qui amènent un évènement heureux, d’autres qui en amènent des plus tristes. Delsey et Sean, Sean et Delsey, les deux ce sont le résultat d’une mésaventure mauvaise mais qui a amenée un évènement heureux. Une foulure de cheville, des rencontres par la suite, le courant qui passait bien et puis voilà, ils étaient ensemble. Heureux comme jamais. La vie est belle n’est-ce pas? Quand on entend des histoires comme celle-ci, on a envie de croire au « happy ever after » et à notre prince. Mais faites bien attention, car tout conte de fée pour avoir une fin, et ce conte en a une assez désolante. Une rupture assez brutale qui fut suivie par un arrêt de toutes communications. Telle était la fin de Sean et Delsey. Vous voulez toujours vivre leur vie? Croire aux « happy ever after » ? En tout cas, eux, ils n’y croient plus.

    « Non mais tu t’écoutes parler Sean? Tu parles de toi comme si t’étais qu’un moins que rien qui méritait pas tout ce qu’il a ou a eu! T’es quelqu’un de génial, alors arrête de te sentir coupable de tout ça! Et je t’ai déjà dis d’arrêter de faire des promesses Sean! »

    Elle se rappelait bien de la journée où elle lui avait dis de ne plus rien promettre, que c’était un trop grand mot et qu’il ne fallait pas l’utiliser à tord et à travers. Ça oui, elle s’en souvient. Cette journée là à changer beaucoup de choses dans la vie de la brunette, car la rencontre avait été… Brutale.

    FLASH BACK


      Delsey était là, assise face à son médecin qui lui avait diagnostiqué l’anorexie mentale. Elle devait faire un suivi de sa maladie aujourd’hui, c’était la brillante idée de Sean. Elle savait bien qu’il voulait le meilleur pour elle. D’ailleurs, ce dernier lui avait promis qu’il serait là à sa sortie de ce fichu bureau. Elle ne supportait pas d’être face à ce médecin, ça lui rappelait trop de mauvais souvenir.

      « Vous mangez normalement désormais? »
      « J’essaie. »
      « Qu’entendez-vous par j’essaie? »
      « Je mange quand j’ai faim, mais c’est difficile et parfois j’y renonce. »
      « Le parfois se produit combien de fois par semaine? »

      Non mais il est malade ce médecin? Delsey n’en revenait pas, les questions étaient brutales, sèches, elles allaient droit au but et ça lui faisait mal. La brunette avait désormais de mauvais souvenirs en tête et tout ça à cause de cette fichue réunion.

      « Bah je sais pas trop, ça dépend des semaines. Parfois un repas, comme d’autre fois quatre. »
      « Quatre repas ? »
      « Bah vous savez, parfois on se lève tard et on saute le petit déjeuner. »
      « Nous allons devoir refaire des tests de santé pour être certains que votre maladie ne s’aggrave pas. »
      « Elle ne peut pas s’aggraver, ça doit faire deux mois que je suis de retour à la maison. »
      « En deux mois tout peu changer jeune fille. »

      Ça l’insupportait, elle avait juste hâte de sortir et de voir Sean l’attendre. Elle avait besoin de le voir. Cette réunion était un désastre. Elle savait bien que ça se déroulerait mal et c’est pourquoi elle voulait remettre au plus tard cette réunion, mais pour Sean, elle y avait été. Elle avait eue la force d’y aller. Alors la brunette, pensant à Sean qui serait fier d’elle, alla faire les quelques tests merdiques que le médecin était obligé de lui faire passer. Une vingtaine de minutes plus tard, elle avait terminé de passer les fameux tests et attendait les diagnostics. Lorsque le médecin entra dans la pièce, son cœur se mit à battre à toute allure. Elle avait peur.

      « Avez-vous quelques nausées après avoir mangé quelques fois? »
      « Ça dépend. Quand je mange des portions normales, oui. Sinon, non. »
      « Qu’entendez-vous par sinon? »
      « Des portions un peu plus petites que la normale. »
      « Bien. Je vais vous prescrire des médicaments. Vous devrez prendre une capsule avant chaque repas. Ça vous empêchera d’avoir des nausées après avoir mangé normalement et ça aidera à la réhabilitation de votre estomac. Vous êtes encore anorexique. Mais une anorexie modérée. Il faut faire attention. »

      Le rendez-vous s’était terminé par la recommandation du médecin de revenir la voir la semaine prochaine pour une autre réunion et pour les vérifications de base de sa maladie. Ça avait anéantie Delsey. Après tous les efforts fournis par cette dernière pour guérir, ça ne semblait toujours pas suffisant. Et pour en rajouter, lorsqu’elle sortie, Sean n’était toujours pas là. Après une quinzaine de minutes d’attente, la brunette décida d’appeler un taxi et de rentrer chez elle.


    FIN FLASH BACK


    Des souvenirs, que des souvenirs. Voilà ce qui venait en tête à la brunette. Même les mauvais souvenirs la rendaient nostalgique. Elle s’en voulait. Elle avait tellement aimée Sean. Elle l’aimait tellement aussi. Pendant tout le temps qu’elle avait été avec lui, elle avait sentie son cœur toujours plein, heureux. Et depuis qu’elle n’était plus avec lui, son cœur était vide, malheureux. Elle avait tentée maintes fois de se changer les idées et de se rapprocher de quelques garçons du Magdalen College pour pouvoir l’oublier. Mais à chaque fois, à chaque stupides fois, au moment où l’histoire entre elle et le mec allait se concrétiser, elle reculait. Feignant ne pas vouloir brusquer les choses. Par contre, au fond d’elle, elle savait bien que c’était parce qu’elle ne s’était toujours pas remise de sa rupture avec Sean. Elle en était certaine même, et peut-être ne s’en remettrait-elle jamais qui sait? Elle l’avait tellement aimé… Alors c’était sûr que de le voir, face à elle, tout autant triste qu’elle et de savoir que c’était de sa faute à elle, qu’elle était l’unique fautive de la fin de cette histoire, ça la rendait encore plus malheureuse. Tout à coup, Sean la serra fort contre lui, et en elle, son cœur battait la chamade comme au tout début. Sean lui manquait et elle l’aimait encore, c’était certain, mais elle ne pouvait pas continuer à se faire mal comme ça. Pourtant, malgré le fait qu’elle aurait due se décoller de lui le plus rapidement possible, elle en était incapable. C’était comme si les muscles de son corps ne voulaient plus bouger, la laissant là, dans ses bras. Elle y était tellement bien. Mais il se décolla, se rendant compte que ça n’était peut-être pas approprié à la situation. Effectivement, ça n’était pas approprié à la situation mais elle l’aimait tellement qu’elle ne pouvait pas reculer devant lui. C’était comme s’il l’hypnotisait, comme s’il l’envoutait.

    « Et tu crois peut-être que moi je veux te voir souffrir de la sorte? Je ne veux pas te voir souffrir Sean. Et je sais que tout est de ma faute. Alors arrête s’il te plait. Arrête de te sentir coupable et oublie-moi. Sois heureux de ton côté. Je tenterai du mien. »

    Bien qu’elle en sera complètement incapable. Mais de savoir que Sean pourrait être heureux, ça la rendait heureuse. Ça lui faisait plaisir. On dit que quand on aime, on oublie son propre bonheur. C’est bien vrai. Delsey en oublie son propre bonheur. Juste de savoir que Sean serait heureux, ça la rendrait heureuse comme pas deux. Elle veut son bonheur, pas le sien. Elle ne veut pas être heureuse si Sean ne l’est pas. On dit qu’on vit tous pour quelqu’un. Ce quelqu’un, Delsey l’a trouvé. Elle vit pour Sean, elle veut qu’il soit heureux et s’il est triste, elle ne sera jamais heureuse. Ça sera toujours lui, le mec qui prendra la plus grande place dans son cœur. Elle l’aime tellement. C’est pour ça qu’elle est prête à l’oublier, elle veut l’oublier, pour que lui, il soit heureux.

    « Dis-moi Sean, c’est quand la dernière fois que t’as été heureux? »

    Elle espérait qu’il lui dise un truc du genre ; au collège River Side. De cette façon, elle se sentirait moins coupable. Parce que là, elle se sent coupable de son malheur et ça, ça la tue. D’ailleurs, ça doit faire trois ou quatre jours qu’elle a de la misère à manger. En fait, depuis qu’elle a revue Sean, tous les souvenirs reviennent et la tristesse l’envahie à chaque matins, à chaque réveils. Elle l’aimera toujours, ça c’est certain. C’est pour ça qu’elle veut qu’il l’oublie, pour que lui, il soit heureux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://KIIIIMM.skyrock.com
Sean C. Carlson
    Sean » Who's afraid pf the big bad Wolf?

avatar

Nombre de messages : 121
Age : 25
▬ Avatar : Taylor Lautner
▬ Humeur : Envie de pisser alors bon...
Date d'inscription : 29/03/2009

Moi, toujours Moi
Relations:
Jukebox: I'm Yours -Jason Mraz
Tout le reste:

MessageSujet: Re: great, i lost. 'Got anything else to tell me ? • pv. sean <3   Jeu 30 Avr - 20:15

    Sean avait conscience de ce que ça représenter pour Delsey d’aller voir un médecin. Mais il était persuadé que c’était le mieux pour elle, sinon il n’aurait pas autant insisté. L’ancienne femme de ménage de son père été anorexique, à cette époque il n’avait qu’une bonne dizaine d’années et il en avait été d’autant plus choqué. Cette femme était non seulement très maigre mais elle avait l’air d’une morte vivante. Avec toujours le visage blanc, d’immenses cernes, des efforts qui semblait considérables lorsqu’elle s’abaisser ne serait-ce qu’un peu. Le cuisinier lui avait expliqué qu’en prenant l’habitude de ne pas manger normalement, son estomac s’était réduit à la taille d’une noix, qu’elle ne pouvait plus manger comme il faut désormais et que c’était tout cet enchainement qui la mettre dans cet état. D’ailleurs les mois suivant, Sean se mit à manger comme quatre. Penser que Delsey soit dans cet état lui était tout bonnement insupportable. Il avait donc réussit à la convaincre, et elle l’avait fait. Elle avait été le voir ce fameux docteur, mais si Sean avait su comment il la démonterait, à quel point il serait froid... De plus il avait été vraiment nul ce jour là, en oubliant d’aller la chercher. Cette erreur il ne se la pardonnerait jamais, il avait retrouvé Delsey tellement mal en retournant chez elle. Et quand elle lui avait tout raconté ça avait été pire. Il avait imaginé sa déception en entendant le pronostic du médecin, sa déception en ne le voyant pas l’attendre dehors... Il aurait alors tout fait pour l’aider, et si c’était possible, il le ferait encore.
    Les happy-end n’existent pas. Un jour peut-être, Sean y avait cru, mais ce jour ne semblait pas être hier, il se demandé même si c’était dans cette vie là parfois. Tout n’est pas rose, c’est un fait. Mais qu’on a l’état d’esprit que rien n’est rose c’est encore bien plus difficile. En perdant sa mère, Sean avait tout perdu. En rencontrant Stella il avait reprit goût à la vie, en rencontrant Delsey il avait revu les choses en couleurs. Et en la perdant elle à son tour, il avait de nouveau broyait du noir. Il aurait sûrement sombré si sa meilleure amie n’avait pas été là. Delsey. Elle lui manqué tellement. La revoir avait deux effets tellement opposés : ça lui procurer tellement de bien & lui faisait tellement mal en même temps. Il avait tellement de mal à digérer que leur histoire était finit, qu’il ne l’embrasserait plus, qu’il n’irait pas chez elle en plein milieu de la nuit, qu’ils ne feraient plus de balade en forêt, qu’il ne la prendrait plus dans ses bras... Il l’avait prise dans ses bras, la minute précédente il avait serré son corps tout secoué contre le sien, avait posé sa tête sur la sienne, avait sentit l’odeur de son shampoing. Et il avait l’impression qu’il était déjà en manque. Pourquoi avait-il fait ça ? Question idiote, il en avait juste envie, une envie irrépressible. Mais une envie qu’il aurait du contrôler, au moins pour elle. Il baissa la tête, ferma les yeux et essaya de ne plus rien entendre. L’écouter lui dire qu’il était un mec super le rendait malade. Il s’était tellement persuader qu’il avait fait quelque chose de dégueulasse en la laissant aller seule à Magdalen College. Relevant le regard sur elle, les joues humides et rosit, il prit la parole sur un ton presque agressif.

    « Pourquoi m’as-tu laissé tomber alors, si je suis si génial que ça ? »

    Il s’en voulu immédiatement, il s’était un peu laissé emporté. C’était une faute, encore. Elle essaya de le déculpabiliser, c’était une bonne intention de sa part. Mais la douleur est parfois si béante qu’on ne peut contrôler les actes. Ca venait juste d’arrivé.
    Ce reprenant, il s’excusa du regard. Il était vraiment le dernier des crétins. Enfin ça il le savait déjà. Il reprit d’un ton plus calme :

    « Je ne t’en veux pas Delsey, j’aurai sûrement fait la même chose à ta place. Non, ça c’était faux, il n’en aurait pas été capable, même si il l’avait voulut. Mais c’est bien la preuve que je n’ai pas fait ce qu’il fallait à un moment ou à un autre. »

    Par la même chose, il entendait rompre. Dire que tout était finit. Casser. Larguer. Il avait fait tout le tour de la question quand la jeune-femme avait mit un terme à leur liaison, ça l’avait tellement anéantie. Mais le ne pouvait se plaindre, il n’en avait pas le droit, pas après ce que lui il lui avait fait. Devant Stella il avait fait bonne figure, devant Alex il avait fait bonne figure, devant son père il avait fait bonne figure. Alors ce n’est sûrement pas devant Delsey qu’il allait le faire. Parfois tout lui semblait si irréel depuis leur séparation, comme si c’était un mauvais rêve. Et pourtant... Aimer ne suffit pas toujours, c’est ce que Sean en avait retenu de tout ça.

    « Et tu crois peut-être que moi je veux te voir souffrir de la sorte? Je ne veux pas te voir souffrir Sean. Et je sais que tout est de ma faute. Alors arrête s’il te plait. Arrête de te sentir coupable et oublie-moi. Sois heureux de ton côté. Je tenterai du mien. »

    Comme si il en était capable. Elle ne comprendrait donc jamais que c’était elle qui le rendait heureux, à l’époque. Pas que son bonheur ne dépende que d’elle, il y avait Stella aussi, Alex, Calleigh... mais en grande partie c’était elle. Et quand il manque une partie au bonheur, une partie si importante, il est tout simplement impossible de se contenter du reste pour aller à merveille. Mais cette réflexion il allait la garder pour lui, il n’allait pas la partager avec elle. Parce qu’une fois encore, ils se seraient fait du mal. Lui faire croire qu’il serait heureux de son côté relevé de l’impossible mais c’était pour elle, il fallait qu’elle le croit. De cette façon peut-être elle l’oublierait et irait mieux sans qu’il ne soit là pour tout gâcher. Après toute les fois où il lui avait répété qu’il l’aimait, ça lui paraissait impossible qu’elle croit à ce qu’elle venait de dire elle-même, et pourtant elle semblait croire en chacun de ses propres mots. Il ne répondit donc pas, laissant s’installer un blanc entre eux. Ce n’était pas un de ses blancs gênant où on ne sait pas de quoi parler et où l’ambiance est lourde. Sean avait oublié sa gêne, ses sentiments l’ayant emporté sans efforts. C’était un blanc où le cœur bat si fortement qu’on se demande à chaque fois si c’est le dernier battement, un blanc où toutes sortes d’idées se bousculent dans la tête, toutes sortes d’hypothèses... Il ne s’attendait cependant pas à ce qu’elle lui reparle si vite, posant une question dont la réponse lui parut évidente. Comme lorsqu’on s’attend à un examen de mathématique super difficile, qu’on stresse au point de casser sa mine de critérium & qu’on tombe finalement sur un deux fois deux. Il n’avait pas hésité, pas une seule seconde, dans sa tête la réponse avait été claire & nette au moment même où elle avait finit sa question. Mais il ne répondit pas tout de suite, retrouvant dans ses souvenirs ce moment, ce dernier moment.

    - Flash Back –


    Tout le monde en parler en ville. C’était THE événement, celui que tout le monde attendait depuis plusieurs semaines déjà. Et ce soir, quand la nuit sera tombée, quand toute la ville sera dehors, quand les gens regarderont le ciel, les dizaines d’étoiles filantes passeront au-dessus de leur tête. Sean faisait parti de tout ces gens, Delsey aussi malgré qu’elle l’ignorer encore. Celle-ci était partie avec son père en voyage, et heureusement elle rentré le soir même. Mr Juillard étant dans le coup, Sean avait été cherché sa petite amie à l’aéroport et lui avait demandé de le suivre. Les retrouvailles avaient été superbe, elle lui avait littéralement sauté dans les bras.

    « Sean ! Mais qu’est-ce que tu fais là ! »
    « Une semaine sans toi c’est plus long que tu ne peux l’imaginer. »
    « Han tu m’as manqué ! Mais tu n’as pas répondu à ma question! »
    « Je t’emmène avec moi! »
    « Tu… m’emmène ? »
    « Oui, ton père et d’accord. Tu n’as plus le droit à aucune question. »

    Puis il lui avait sourit. Tout simplement, et elle n’avait rien rajouté à ses paroles. Le père de Delsey avait beau être sympathique, Sean attendit d’être dehors pour embrasser sa belle. Puis la prenant par la main, il l’entraîna jusqu’à la forêt alors que la nuit commencer à pointer. Ils arrivèrent en haut et il avoua alors à Delsey qu’il l’avait emmené là pour la pluie des étoiles dont elle ignorer encore l'existence. Quelques minutes à peine plus tard, alors qu'ils étaient l'un contre l'autre, Delsey se redressa d'un coup. Envoyant la tête de Sean qui était posé sur la sienne en l'air.

    « Aïe ! »
    « Oh désolée ! Mais regarde ! »
    « C’est superbe. »
    « C’est magnifique tu veux dire ! »
    « Fais un vœu Delsey ! »
    « J’ai besoin de rien Sean, rien de plus que ça. »[/color]

    Malgré qu’il avait sentit une hésitation dans son rien, dont il ne comprit pas le sens étant donné qu’il ne savait pas pour sa mère, il lui adressa un beau sourire, l’embrassa et reporta son regard sur le ciel où les étoiles défilés à grandes vitesses sous leur yeux. Le lendemain, ils se sépareraient.

    - Fin du Flash Back-

    « La nuit des étoiles filantes. Aussi loin que je me souvienne, c’est à ce moment là que j’ai été vraiment heureux. Je n’ai pas à me plaindre de ma vie depuis, mais c’est la dernière fois où je l’étais insouciamment. »

    Il lui retourna la question tout bêtement, comme si leur discussion était totalement normale, alors qu’elle était très loin de l’être.

    « Et toi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Delsey H. Julliards
    DELSEY • you don't know what it's like to be me.

avatar

Nombre de messages : 42
Age : 23
▬ Avatar : Demi Lovato <333
▬ Crédit : lex <3
▬ Humeur : confused but happy .
▬ identity Pix` :
Date d'inscription : 29/03/2009

Moi, toujours Moi
Relations:
Jukebox: angels on тhe moon by тhriving ivory.
Tout le reste:

MessageSujet: Re: great, i lost. 'Got anything else to tell me ? • pv. sean <3   Ven 15 Mai - 5:04

    C’est tellement plus facile s’inventer des scénarios que de vivre la vraie vie. C’est plus facile se plonger dans ses rêves et vivre la vie que l’on veut, au lieu d’affronter la nôtre. C’est plus facile se cacher derrière une facette, que d’être soi-même. Pourtant, avec Sean, la brunette n’avait jamais eue besoin de se cacher, jamais. Elle n’avait jamais non plus eue à se forcer pour être heureuse. Il l’a rendait heureuse. Alors pourquoi l’avait-elle laissé? Cette question que Sean venait de lui poser la détruisait. Elle ne savait pas quoi répondre. Pourquoi? Elle ne savait même pas elle-même pourquoi elle avait fait cette erreur. Était-ce parce qu’elle était jalouse de Stella? Par pur coup de jalousie? Était-ce parce qu’elle trouvait qu’il était trop bien pour elle? La brunette n’en avait aucune idée. Elle l’avait laissée. Et tout ce qu’elle sait, c’est que ça a été la plus grosse erreur de toute sa vie. Elle se rappelait tous les bons moments passés avec lui, ces soirées dans ses bras. Il rendait tout tellement plus facile que ça ne l’était. Il l’a rendait heureuse. Si sa mère avait été là, elle aurait pue lui dire que c’était le bon, de ne pas le laisser filer. Mais sa mère était morte. Bel et bien morte.
    Sean avait toujours été là pour elle. Il l’avait soutenue malgré les moments difficiles, il avait été là. Son anorexie, il l’avait aidé. Il l’avait aidé à accepter qu’elle avait eue un problème. Il l’avait soutenu lorsqu’elle se forçait à manger. Il était là pour elle. Toujours. Elle ne le méritait pas. Voilà pourquoi elle l’avait laissé. Elle ne le méritait pas. Il était trop bien pour elle probablement. Vraiment trop bien. Elle se trouvait ridicule. Elle trouvait ridicule le fait d’avoir laissé un homme aussi parfait que lui. Maintenant, c’était le moment des regrets. Et il était là, face à elle, attendant une simple réponse de sa part. Pourquoi. Voilà ce qu’il attendait. La raison du pourquoi. Ce qu’il ne savait pas, c’est qu’il attendait l’incompréhensible, l’inutile, le faux. Il attendait une raison qui n’existait même pas. Parce qu’elle l’avait aimé, elle l’aime et elle l’aimera toujours. Son cœur lui appartient depuis quelques temps déjà. Alors pourquoi l’avait-elle laissé? C’était un mystère dont elle-même ne connaissait pas la clé. Elle remonta son regard vers Sean, il avait l’air tout aussi désemparé qu’elle. Elle le regarda quelques instants. Ses traits, si parfaits. Son visage, si angélique. Ses yeux, si magnifiques. Lui. La perfection. Pourquoi? Il la regarda, le visage triste. Il pleurait. Lui, il pleurait. Pourquoi? Par sa faute. Sa faute à elle.

    « Je ne te méritais pas. Aujourd’hui en est une preuve. Je te fais de la peine. Je ne te mérite pas. Tu mérites une personne qui ne te fera jamais pleurer. Une personne qui te rendra heureux. Tu mérites mieux que moi Sean. »

    Puis, peut-être une minute plus tard, il lui dit qu’il aurait probablement fait la même chose s’il avait été à sa place. Non. S’il avait un minimum de bon sens, contrairement à elle, il n’aurait rien fait. Bordel. Comment pouvait-il ne pas lui en vouloir? Comment pouvait-il être capable de la réconforter alors qu’elle n’était qu’une fille parmi tant d’autre, et qu’elle lui avait fait du mal? Elle ne le mérite pas. Une fois de plus, en voici une preuve. Delsey Haravon Julliards ne mérite pas la perfection. Si elle ne mérite pas la perfection, elle ne mérite pas Sean Chris Carlson.

    « Tu n’as pas le droit de me dire que tu ne m’en veux pas Sean. T’as pas le droit! Tu dois m’en vouloir, c’était cruel ce que j’ai fais. Je n’aurais jamais due. Alors t’as pas le droit d’être sympa’ comme ça. Pourquoi tu ne me déteste pas? Je m’haïrais à en mourir si j’étais à ta place. »

    Elle le pensait complètement. C’était cruel ce qu’elle avait fait et elle n’aurait jamais due.




U.C.
je termine la rédaction du poste aujourd'hui (le 15 mai)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://KIIIIMM.skyrock.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: great, i lost. 'Got anything else to tell me ? • pv. sean <3   

Revenir en haut Aller en bas
 
great, i lost. 'Got anything else to tell me ? • pv. sean <3
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Manga] Saint Seiya - The Lost Canvas
» PREDATOR 2 - LOST PREDATOR (MMS76)
» Lost in Austen au cinéma !
» The Great War en 10 mm : Armée allemande 1918
» GTO(Great Teacher Onizuka)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ▬ PENSIONNAT :: ▬ Lieux Extérieurs. :: ▬ Forêt-
Sauter vers: